LES CENDRES CHAUDES
(Sicak külleri kaldi), 2017



Turquie, Août 2017. La chaleur écrasante pèse sur les régions reculées de l’Anatolie. Le pays semble attendre, figé dans un entre-deux silencieux. Mais le calme annonce peut-être la tempête. Cette série, dont le titre s’inspire du roman d’Oya Baydar, « Et ne reste que des cendres », tend à évoquer un état en transition, entre ruines et modernisation, où la discrétion et l’obéissance règnent, en apparence.

Tandis qu’une répression à peine voilée s’étend sur le territoire turc, la rébellion prétend appartenir au passé. Mais si le feu allumé par les désirs de liberté est presque éteint, il laisse derrière lui une poussière incandescente…

Les cendres sont encore chaudes, prêtes à se raviver.