THE CHILDREND WHO WENT UP IN SMOKE, 2016



il s'agissait au départ de mener une enquête fictionnelle sur une affaire non-résolue survenue en 1945 aux États-Unis, mais surtout de s’interroger sur l’imaginaire collectif du fait divers. Ce qui m’intéressait dans ce projet était aussi de questionner la tension entre la mission d’information de l’image et celle, souvent inverse, de divertissement.

Dans la presse, lorsque des images viennent illustrer des articles de fait divers, la pauvreté des données autorise souvent une grande part de reconstitution dans l’imaginaire du spectateur et entretient la fascination pour le mystère. Ce travail mêle différents types d’images (création d'archives, utilisation de documents authentiques, récupérations d'images anonymes, et mes propres photographies), et tend à brouiller les frontières entre faits réels et fictions.